Toutes les options de traitement possible pour les femmes de plus de 40 ans selon la fonction ovarienne et d’ autres critères de fertilité.

Comme vous le savez sans doute la fértilité, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, baisse en vieillissant. Cependant, cette baisse de fertilité est plus prononcée chez les femmes. En effet, les hommes possèdent dans leur système de reproduction une production active de sperme tout au long de leur vie, alors que les femmes naissent avec une reserve ovarienne limitée. Cette reserve diminue après chaque cycle menstruel. Cette difference au niveau de la fertilité permet à un homme d’être le père biologique d’un enfant même après 70 ans, alors qu’aprés l’âge de 40 ans il est de plus en plus difficle pour une femme de concevoir naturellement un enfant.  
 
Le graphique ci-dessous montre la baisse moyenne de la reserve ovarienne chez une femme plus elle avance en âge.













 
Comme on peut le constater, la reserve ovarienne commence à baisser après la ménarche (la première fois, où dans le cycle ovulatoire, un undividu de sexe feminine a ses règles), mais s’accelère de manière significative après 40 ans. Ceci signifie qu’à la fois le nombre mais aussi la qualité des ovocytes baissent considérablement après 40 ans, il est donc très difficile de mener à terme une grossesse en utilsant ses propres ovocytes.

Après la ménaupose, il reste encore un nombre infime d’ovules dans la reserve mais ces ovules n’ont plus la possibilité d’ovuler ou d’entrainer une grossesse.

L'un des facteurs clés, lorsque l'on considère les options de traitement chez les femmes de plus de 40 ans est une évaluation efficace de la fonction ovarienne. Bien que certaines femmes aient encore un niveau de fonction ovarien très optimal dans leur début des années 40, certaines femmes auront une activité minimale à quasiment nulle dans la même tranche d'âge. Par conséquent, une évaluation minutieuse est nécessaire pour identifier la fonction ovarienne existante, afin de prédire quel type de réponse à une hyperstimulation ovarienne contrôlée sera obtenue. Selon la fonction ovarienne, des antécédents reproductifs antérieurs et des traitements de fertilité antérieurs, différentes approches peuvent être utilisées pour différents groupes de femmes. Dans cette section, nous parlons d'éventuelles options de traitement de la fécondité dans le centre de FIV de Chypre du Nord pour un certain nombre de groupes de femmes en fonction de leur réponse attendue à une hyperstimulation ovarienne contrôlée. 


Femmes de plus de 40 ans avec fonction ovaire normale à optimale (plus de 10 chiffres de follicules antraux (CAF) au total)
 Les femmes dans la quarantaine, qui ne sont pas capables de concevoir naturellement, et qui ont toujours un niveau de fonction ovarien normal à optimal, peuvent subir un traitement en utilisant leurs propres ovules. Cependant, il faut garder à l'esprit que les femmes dans la quarantaine sont plus susceptibles d'avoir des échecs d'implantation et des fausses couches en raison du vieillissement des ovocytes. Le vieillissement de l'ovocyte réduit non seulement leur viabilité, mais aussi l'intégrité génétique des ovocytes. Cela expose les ovules à un risque plus élevé de défauts génétiques provoquant à la fois des échecs d'implantation et des fausses couches précoces. Il a également été démontré que les femmes de plus de 40 ans sont plus susceptibles d'avoir un enfant génétiquement anormal lorsqu'elles ont une grossesse réussie à terme. Tout cela signifie qu'il existe des risques associés à la maternité d'un enfant biologique après l'âge de 40 ans.


Bien que nous prenions des mesures de précaution supplémentaires pour aider à l'implantation d'embryons, il est judicieux de considérer le dépistage génétique pré-implantation comme méthode de sélection des embryons. Le dépistage génétique pré-implantation par le séquençage de la prochaine génération peut aider à éliminer l'aneuploïdie chromosomique, les translocations ainsi que le mosaïcisme. En sélectionnant un ou des embryons exempts de ces troubles génétiques, nous minimisons le risque d'anomalies génétiques chez votre enfant.
 
Les femmes ayant une fonction ovarienne normale (plus de 10 follicules antraux au total entre les deux ovaires) ayant subi un certain nombre d'échecs de FIV utilisant leurs propres ovules
 
Ce groupe de femmes est différent du groupe précédent dans le sens où ils ont déjà subi un certain nombre de cycles de FIV avec leurs propres ovules et malgré un niveau normal de fonction ovarienne, ils ont connu des résultats négatifs du cycle en raison de problèmes de fertilisation ou d'implantation embryonnaire. Si les conditions utérines sont favorables et qu'il n'y a pas d'autres problèmes évidents, la qualité des ovocytes devient le principal suspect. Lorsqu'une femme a un niveau acceptable de réponse à l'hyperstimulation ovarienne contrôlée (plus de 3 ovocytes de qualité M2), mais ces ovocytes ne fertilisent pas ou ne s’implantent pas malgré une fertilisation réussie, on peut envisager des approches alternatives. Ceux-ci peuvent être :
 
1-  Un protocole d'hormone de croissance humaine visant à améliorer l'intégrité génétique des ovocytes. Pour plus d'informations sur nos protocoles d'hormone de croissance humaine, veuillez consulter sur notre site, l’article sur les essais d'hormones de croissance humaine lors du traitement de la FIV.
 
2- Si le vieillissement de l'ovocyte est la considération clé, le transfert d'embryons cytoplasmiques peut aider à améliorer le taux d'énergie cellulaire des ovules, ce qui leur permet de maintenir une fonction normale et de devenir plus viable pour la fertilisation.
 
Ces deux options peuvent également être combinées afin d'aider l'ovocyte à partir des deux angles, ce qui augmente la probabilité de fertilisation réussie et donc l'implantation et la grossesse.
 

Femmes à faible activité ovarienne (Entre 4 à 10 follicules antraux au total entre les deux ovaires)
Lorsque la fonction ovarienne a diminué et que les réserves dans les ovaires est tombé à de faibles niveaux de fécondité, la réussite de FIV avec l'utilisation des propres ovules devient moins probable. Ce groupe de femmes est généralement appelé "pauvres répondeurs". Bien que différents protocoles de traitement de la FIV puissent être tentés, et que les marques et les doses de médicaments alternatifs puissent être utilisées dans l'espoir de maximiser la réponse ovarienne, il existe une limite aux protocoles de médicaments. En termes réalistes, même les protocoles de traitement les plus soigneusement conçus ne généreront pas un résultat souhaité simplement parce que les réserves ovariennes sont insuffisantes. Dans de tels cas, le but devrait être de maximiser à la fois la qualité et la quantité d'ovocytes à obtenir. L'aspect qualité peut être traité à l'aide des mesures recommandées pour les groupes de femmes ci-dessus. Cependant, tenter un cycle de FIV après 40 ans avec un résultat de 1 ou 2 ovules n'est pas un scénario qui promet un succès. Si vous avez eu une expérience similaire avec vos cycles de FIV antérieurs où votre procédure de récupération des ovules a donné 1 ou 2 ovules de qualité M2, ce qui n'était pas suffisant pour un nombre optimal et une qualité d'embryons pour un transfert embryonnaire réussi, le dosage des embryons peut être une option.
 
Le dosage des embryons est un programme de traitement de FIV séquentiel spécial où nous effectuons un certain nombre de récupérations d'ovules à 3 mois d'intervalle. Nous créons des embryons, soit en utilisant des protocoles ICSI standard, soit plus idéalement, en utilisant un traitement de FIV cytoplasmique. Une fois que nous avons un nombre souhaité d'embryons, ils peuvent être incubés au stade du blastocyste du jour 5, ils peuvent être dépistés génétiquement pour des anomalies génétiques, puis des embryons sains peuvent être identifiés pour un transfert d'embryon, maximisant ainsi les chances de succès compte tenu des contraintes imposées par les niveaux très bas des réserves ovariennes.


 
Les femmes ayant des réserves ovariennes appauvries (moins de 3 follicules antraux et des niveaux de AMH inférieurs à 0,1 ng / mL)
Si les réserves ovariennes sont fortement épuisées, (cela se traduit par un faible niveau d'AMH et un faible nombre de follicules antraux), alors les perspectives d'obtention d'ovules viables pour un cycle de FIV réussie seront très peu probables. Bien que nous puissions faire de notre mieux et concevoir un protocole de traitement pour optimiser votre réponse, il est fort peu probable d'obtenir des ovocytes de qualité fécondable. Dans ce cas, notre recommandation serait d'opter pour un traitement FIV en utilisant des ovules donneurs. L'utilisation d'ovules donneurs peut offrir une chance de succès jusqu'à 80%. Si vous n'êtes pas encore prêt à envisager d'utiliser des ovules donneurs, le dosage des embryons peut être une option. Si toutefois il existe au moins un embryon qui peut potentiellement atteindre le stade du clivage (total de 8 cellules au jour 3 du développement). Il faudra peut-être plusieurs tentatives pour obtenir suffisamment d'embryons pour atteindre le stade de la culture du blastocyste et pour effectuer un dépistage génétique.

Chypre du Nord FIV clinique
Fertilite et FIV plus 40 ans

Suivre la clinique de FIV de North Cyprus

FIV plus de 40 ans

FIV Plus De 40 Ans