Fiv a Chypre facebook
Fiv a Chypre Instagram

La perte d'une grossesse peut être une expérience très traumatisante pour les couples. Des études indiquent que plus d'un cinquième des femmes qui subissent une perte de grossesse présentent des symptômes d'anxiété et de dépression. Si une seule perte de grossesse peut avoir des effets aussi traumatisants, une perte de grossesse récurrente (RPL) est susceptible de provoquer des effets psychologiques dévastateurs. Les fausses couches répétées (récurrentes) sont définies comme la perte de trois grossesses ou plus. Si vous avez subi une seule perte de grossesse, il y a peu de chances que vous ayez une autre fausse couche. Toutefois, si les fausses couches sont récurrentes et qu'elles surviennent dans des délais similaires à ceux d'une grossesse, des recherches plus approfondies seront nécessaires. 



L'une des premières choses à régler est de savoir quand la patiente fait ses fausses couches. Les fausses couches survenues à différentes périodes de gestation peuvent indiquer différents facteurs. Si la patiente a fait une fausse couche après le premier trimestre, il y a alors une probabilité accrue que l'incompétence du col de l'utérus soit un facteur sous-jacent potentiel. L'incompétence cervicale peut être diagnostiquée avec succès par votre gynécologue par le biais de tests en l'absence de grossesse ou par une surveillance étroite pendant la grossesse. 

Lorsque la patiente fait des fausses couches plus tôt, au cours du premier trimestre, d'autres problèmes possibles s'accentuent. Par exemple, les problèmes génétiques liés aux gamètes (cellules sexuelles) pourraient être l'une des nombreuses raisons figurant sur la liste. On sait que les problèmes d'ADN liés aux spermatozoïdes sont à l'origine de pertes précoces de grossesse. De même, le vieillissement des ovocytes est associé à une incidence plus élevée de pertes de grossesse au cours des 12 premières semaines de gestation (premier trimestre). De plus, le couple peut avoir des problèmes chromosomiques qui ne présentent aucun symptôme apparent mais qui causent des problèmes pendant la reproduction (tels que des délétions et des translocations chromosomiques). Par ailleurs, les défauts thrombophiliques qui ont tendance à provoquer des problèmes de coagulation du sang provoquent assez fréquemment des fausses couches.

Les fausses couches récurrentes peuvent avoir de nombreuses causes possibles. Lorsqu'une patiente fait plusieurs fausses couches, il est alors logique de faire évaluer les conditions ci-dessous. Les tests ne sont pas fournis dans un ordre quelconque, car les tests requis pour chaque patient peuvent être différents selon le type précis de fausses couches que vous avez fait : 

Telephone: +90 392 444 ELIT (3564)

Whatsapp/Viber/Cell: +90 548 830 1987

Si un certain nombre de facteurs établis peuvent être liés aux pertes de grossesse répétées, les causes de près de la moitié des grossesses récurrentes restent encore un mystère.

Ensemble, les facteurs auto-immuns, les problèmes hormonaux et les problèmes de coagulation sanguine représentent près de 70 % de toutes les causes connues. Par conséquent, lorsqu'une femme fait plusieurs fausses couches, le point de départ des tests portera généralement sur l'un de ces trois domaines.

Le coût étant une contrainte majeure, il peut parfois être judicieux de commencer les tests avec des causes moins courantes si le coût des tests est faible. Par exemple, même si les raisons génétiques ne sont pas les principales causes des RPL, un test de caryotype ne coûte pas trop cher et si un problème de caryotype est identifié, il peut permettre aux patients d'économiser des milliers de dollars en tests.


1- Les facteurs génétiques qui causent des fausses couches : Tous les couples ayant des antécédents de fausses couches récurrentes doivent faire l'objet d'un caryotypage par le sang périphérique. La découverte d'un caryotype parental anormal nécessitera une consultation avec un généticien. Une analyse du caryotype fournira des informations sur les anomalies chromosomiques. Dans certains cas, l'un ou l'autre des parents peut avoir une aneuploïdie chromosomique silencieuse (telle que la translocation réciproque) qui ne présente aucun symptôme manifeste, mais qui se traduit par des enfants génétiquement anormaux au moment de la conception. Certaines anomalies génétiques peuvent être dépistées par des méthodes de dépistage génétique préimplantatoire, tandis que d'autres peuvent nécessiter le recours à des options alternatives en fonction du type d'anomalie génétique.

Dans certains cas plus rares, la fausse couche peut dépendre du sexe de l'enfant. Certaines femmes peuvent avoir des grossesses naturelles sans problème avec leurs enfants de sexe féminin mais peuvent avoir des pertes de grossesse multiples inexpliquées avec leurs autres grossesses. Dans un premier temps, les patientes peuvent ne pas se méfier du lien possible entre le fait d'avoir un enfant de sexe masculin et une fausse couche. Toutefois, des études cliniques ont montré un lien étroit entre les troubles liés à l'X et les fausses couches chez les bébés de sexe masculin. Les enfants de sexe féminin reçoivent deux jeux de chromosomes X ; un de la mère et un du père. Par conséquent, s'il y a une mutation sur l'un des gènes de l'un ou l'autre des chromosomes X, le chromosome porteur de la mutation peut être inactivé et l'autre chromosome X, qui est normal, reste actif, et l'enfant de sexe féminin grandit pour devenir un individu exempt de maladie. Cependant, les garçons ne reçoivent qu'une seule copie de X et lorsqu'il y a un défaut sur le chromosome X, l'enfant est alors porteur de la maladie. 

Chez certaines femmes, en raison d'un problème génétique, l'inactivation du chromosome malade peut ne pas se faire correctement (appelée inactivation du X biaisé), ce qui signifie que, rarement, certaines femmes peuvent également être porteuses de ces troubles liés au X. Alors que les femmes auront généralement une version beaucoup plus légère de la maladie génétique que les hommes, en raison d'erreurs dans l'inactivation du X, elles peuvent également être atteintes de cette maladie et la transmettre à leurs enfants. Certaines de ces maladies liées à l'X peuvent être mortelles pour les enfants de sexe masculin. Par conséquent, le fait de recevoir la copie malade de la mère peut entraîner des enfants de sexe masculin gravement malades, ce qui entraîne naturellement une perte de grossesse.

Si la patiente est porteuse d'une maladie liée au chromosome X et qu'elle a une inactivation du chromosome X, elle est alors porteuse et ses enfants de sexe masculin sont exposés au risque d'une maladie génétique liée au chromosome X. Selon la maladie, certaines grossesses se terminent par une fausse couche et certains enfants naissent avec des défauts génétiques. Le problème, c'est que nous ne savons pas si c'est le cas et qu'il y a plus de 800 gènes sur le chromosome X. Il n'est pas possible de dépister une éventuelle mutation sur tous les gènes. Une chose est sûre, si le patient est un porteur manifeste, on peut s'attendre à une sorte d'histoire familiale avec un trouble génétique lié au chromosome X. Par exemple, si la patiente a des frères, ils doivent être atteints de cette maladie génétique, ou bien elle n'aura pas de frères du tout. Il est donc utile à ce stade de disposer de quelques informations sur les antécédents génétiques afin d'écarter cette possibilité. Y a-t-il dans la famille des hommes affectés (oncles/grands-oncles ?) ou peut-être d'autres femmes de la famille qui ont connu des schémas similaires de fausses couches ? 

2- Faiblesse cervicale et fausses couches : La faiblesse cervicale est une cause anatomique connue de fausses couches récurrentes. Le col de l'utérus est normalement assez fort pour rester fermé tout au long de la grossesse en raison de son anatomie flexible qui lui permet de s'étendre et de s'élargir avec son contenu croissant. En fait, il reste fort tout au long de la grossesse et, vers le moment du travail, des hormones spéciales sont libérées pour le rendre plus souple afin qu'il soit suffisamment dilaté pour un accouchement réussi. En cas d'incompétence du col de l'utérus, celui-ci est anatomiquement faible, ce qui le rend incapable de porter le bébé. En général, une fausse couche causée par un col de l'utérus incompétent se produit entre la seizième et la vingt-quatrième semaine de gestation. 

3- Les facteurs endocriniens (hormonaux) et les fausses couches : Le terme de facteur endocrinien dans l'infertilité fait principalement référence à l'absence d'ovulation, qui entraîne des troubles du cycle menstruel (oligoménorrhée, aménorrhée primaire ou secondaire) et, plus rarement, à l'état de follicule lutéinisé non rapiécé. Dans les cas d'oligoménorrhée ou d'aménorrhée, des résultats satisfaisants peuvent être obtenus avec les méthodes classiques d'induction de l'ovulation, en évitant le recours aux techniques de conception assistée. Dans certains cas, le traitement de FIV peut aider à obtenir des résultats plus souhaitables et dans certains cas, si la qualité des ovocytes semble être un problème, la FIV avec don d'ovocytes devient une option. 

Certains autres troubles hormonaux peuvent éventuellement interférer avec vos chances de concevoir avec succès. L'un des facteurs hormonaux les plus importants et peut-être le plus négligé de l'infertilité est peut-être la surconsommation de sucre. L'insuline et le glucagon sont des hormones qui aident à réguler la quantité de glucose présente dans votre sang. Lorsqu'une trop grande quantité de glucose est consommée sous forme de boissons, de sucreries ou de glucides transformés, le taux de glucose sanguin augmente très rapidement. Pour lutter contre ce phénomène, le taux d'insuline augmente également très rapidement. Un pic du niveau d'insuline, bien que destiné à résoudre le problème du glucose, peut provoquer une autre chaîne d'événements imprévus. 

L'insuline est très similaire, dans sa forme chimique, à certaines des autres hormones impliquées dans le cycle ovarien. Par conséquent, une trop grande quantité d'insuline peut faire croire au cerveau qu'il y a suffisamment de sécrétion d'hormones impliquées dans la maturation des ovocytes. Ainsi, trop de glucose, donc trop d'insuline, peut avoir un effet négatif sur l'ovulation et la fertilité.

La prolactine est une autre hormone qui intervient aux stades ultérieurs de la grossesse. Toutefois, dans certaines conditions, le niveau de prolactine  dans le sang peut être supérieur à la normale. Comme la prolactine peut influencer négativement le niveau de progestérone dans l'organisme, elle peut avoir un effet négatif sur le fonctionnement de l'endomètre. Un endomètre insuffisamment développé n'est pas un bon hôte pour l'implantation de l'embryon, ce qui entraîne un résultat négatif.

Un autre groupe d'hormones qui peut influencer l'implantation de l'embryon ou le développement du fœtus sont les hormones thyroïdiennes. Les hormones thyroïdiennes ont un rôle important dans la reproduction humaine. L'hypothyroïdie est une cause connue de réduction de la synthèse des facteurs VII, VIII, IX et XI ainsi que des œstrogènes, ce qui peut entraîner une anovulation. Une carence en œstrogènes signifie une formation inadéquate de la muqueuse de l'endomètre. L'hyperthyroïdie, en revanche, peut être la cause de maigres menstruations et de la perte de cycles menstruels.

4- Facteurs immunitaires, coagulation sanguine et fausses couches : Il peut s'agir d'anticorps antithyroïdiens, du syndrome des antiphospholipides, de facteurs allo-immuns. Il existe des tests qui peuvent être administrés. Dans certains cas, nous constatons que la suppression de la réponse du système immunitaire au moment du transfert d'embryons réduit la probabilité d'un échec de l'implantation et d'une fausse couche très précoce.

Les défauts de thrombophilie héréditaires, notamment la résistance à la protéine C activée (le plus souvent due à la mutation du gène du facteur V de Leyde), les déficiences de la protéine C/S et de l'antithrombine III, l'hyperhomocystéinémie et la mutation du gène de la prothrombine, sont des causes établies de thrombose systémique. Un panel de gènes de la thrombophilie doit être évalué pour établir un diagnostic. Une thrombose systémique est une affection dans laquelle le patient éprouve des problèmes de coagulation sanguine. La thorombophilie déclenche un état d'hypercoagulation qui, à son tour, entraîne une thrombose (coagulation) dans les vaisseaux sanguins au niveau du site d'implantation de l'embryon, provoquant un échec de la grossesse. Elle peut également se produire plus tard dans la circulation sanguine placentaire, où les caillots sanguins peuvent se retrouver dans la circulation du bébé et éventuellement arrêter son cœur, provoquant une fausse couche. Les problèmes de thrombophilie sont les causes les plus fréquentes des fausses couches récurrentes qui ont lieu au cours du premier trimestre. Le traitement des défauts thrombophiliques consiste à utiliser de l'aspirine à faible dose avant et après la conception, suivie d'héparine à faible poids moléculaire (anticoagulants) immédiatement après la conception. Au cours des cycles de FIV, il arrive parfois que l'on commence à administrer des anticoagulants avant le transfert d'embryons dans les cas les plus graves. En cas de suspicion d'un défaut de thrombophilie, les tests suivants constituent la première étape de l'investigation :

Facteur V Leyde
Facteur II
MTHFR C677T
MTHFR A1298C
PAI 1
Activité des protéines S
Activité de la protéine C


5- Agents infectieux et fausses couches : Le dépistage du TORCH (Toxoplasma gondii, Rubéole, Cytomégalovirus et Herpès simplex) peut être utile pour rechercher la cause d'une fausse couche récurrente. Ces infections provoquent généralement une seule fausse couche et ne contribuent pas aux fausses couches récurrentes. Il est important de faire la distinction entre une infection active et une infection passée. Il existe deux types de tests d'anticorps utilisés pour détecter les infections TORCH. Il s'agit des immunoglobulines IgG et IgM (anticorps). La principale différence entre ces deux immunoglobulines est liée au temps d'exposition. Les anticorps IgM sont généralement trouvés dans l'organisme immédiatement après l'exposition à la maladie, ce qui indique une infection active. La production d'anticorps IgG est la réponse à long terme de l'organisme à l'infection. Par exemple, lorsqu'une personne est exposée à une infection par la toxoplasmose, elle aura un taux élevé d'anticorps IgM dans son test sanguin immédiatement après l'exposition. C'est la réponse immédiate. Toutefois, une fois qu'elle est exposée à l'infection, la personne acquiert également une immunité à long terme contre celle-ci en développant des anticorps IgG, ce qui se produit à plus long terme, c'est-à-dire des mois après l'infection. Alors que l'IgM est un indicateur d'une infection actuelle, l'IgG indique une exposition récente ou passée à la maladie, ce qui suggère que la personne est immunisée contre l'infection. Pour les patients présentant des infections actives (taux élevé d'anticorps IgM), nous recommandons une cure d'antibiotiques contre les bactéries opportunistes et d'attendre quelques semaines que l'infection ne soit plus active avant de procéder à un traitement de FIV. Pour les patients dont les anticorps IgG sont positifs et dont le test de dépistage des IgM est négatif, il existe une immunité et aucune autre mesure n'est nécessaire. 

Même si nous avons essayé de résumer les causes possibles des fausses couches sur cette page, nous n'avons pas l'intention de diagnostiquer votre état par le biais de ce résumé. Pour un diagnostic plus approprié de votre état et une enquête approfondie sur les causes possibles de vos fausses couches récurrentes, il sera important d'analyser en profondeur vos antécédents en matière de fausses couches et de définir une ligne de conduite en conséquence.

Merci de partager ces informations sur les médias sociaux afin de sensibiliser les gens !

Raisons des fausses couches consécutives

Les principales causes de pertes de grossesse récurrentes peuvent être classées comme suit : 

Fausses couches répétées (récurrentes) / Perte de grossesse

perte de grossesse, perte de grossesse récurrente (RPL).
Les principales causes de pertes de grossesse récurrentes

All rights reserved, 2020