Fiv a Chypre facebook
Fiv a Chypre Instagram
Traitement de FIV à Chypre

La plupart des cliniciens définissent l'infertilité comme l'incapacité de concevoir après une année de relations sexuelles régulières sans utiliser de contraceptifs. Ce délai peut être raisonnable pour un couple dans les vingtaines. Cependant, un couple dans la mi-trentaine ou la fin de la trentaine peut ne pas avoir le luxe d'attendre un an. Par exemple, une femme peut essayer pendant des années de tomber enceinte naturellement, pour découvrir ensuite que sa réserve ovarienne est épuisée au moment où elle demande de l'aide. Ainsi, une femme qui retarde un traitement de fertilité peut ne plus être en mesure d'utiliser ses propres ovules. Bien que les traitements de FIV puissent être effectués en utilisant des ovules ou des embryons de donneurs, le fait de consulter un spécialiste de la fertilité en temps utile peut permettre d'éviter la charge financière supplémentaire et les délais d'attente liés à l'appariement des donneurs. 


Les couples qui n'ont jamais pu concevoir sont considérés comme ayant une infertilité primaire. À l'inverse, l'infertilité secondaire désigne les couples qui ont déjà conçu sans aucune aide mais qui ne sont plus capables de concevoir naturellement. L'infertilité secondaire peut avoir plusieurs causes, notamment l'âge des partenaires, une ménopause prématurée, des antécédents de radiothérapie et/ou de chimiothérapie, des complications chirurgicales et une mauvaise alimentation. Heureusement, la plupart des couples souffrant d'infertilité secondaire peuvent généralement obtenir une grossesse dans de bonnes conditions. 


En supposant que le partenaire masculin et le partenaire féminin* sont encore dans l'âge normal de fertilité†, il y a plusieurs causes d'infertilité secondaire qui doivent d'abord être écartées. Comme pour tout bilan de stérilité, un historique médical minutieux peut fournir des informations précieuses sur les causes possibles et est essentiel pour établir le bon plan de traitement. Notre expérience nous a permis de constater que la varicocèle (élargissement des veines du scrotum) est une cause très courante de stérilité secondaire. Dans l'ensemble, la varicocèle est la cause la plus fréquente de stérilité secondaire chez l'homme.


L'insuffisance ovarienne prématurée et les conditions utérines hostiles sont les deux principales causes de l'infertilité secondaire chez la femme. Les conditions utérines hostiles peuvent être dues à une chirurgie antérieure, à un fibrome ou un polype, à une endométriose à un stade avancé ou à d'autres conditions qui peuvent interférer avec la grossesse. Ainsi, les femmes souffrant d'infertilité secondaire subiront probablement les mêmes tests hormonaux que ceux utilisés pour évaluer les femmes souffrant d'infertilité primaire, plus des études supplémentaires, telles qu'un hystérosalpingogramme (une radiographie de l'utérus et des trompes de Fallope), pour évaluer les conditions utérines. 


L'infertilité primaire peut être due à une seule ou plusieurs causes. La première étape de l'évaluation d'un couple souffrant d'infertilité primaire consiste à faire un test hormonal, une échographie pelvienne pour la femme et une analyse du sperme pour l'homme. À ce stade, les couples doivent décider s'ils veulent subir d’une évaluation plus approfondie de leur infertilité ou commencer un traitement après l'évaluation initiale. Bien que la plupart des spécialistes de la fertilité préfèrent établir un diagnostic avant de commencer le traitement, de nombreux patients choisissent de commencer le traitement après l'évaluation initiale. Cela s'explique principalement par le fait qu'un examen approfondi de l'infertilité peut coûter trois à quatre fois plus cher qu'un traitement de FIV. Ainsi, de nombreux couples n'opteront pour un bilan approfondi qu'après l'échec d'au moins un traitement de FIV.


Un cycle de FIV est un investissement à la fois émotionnel et financier pour les patients, et l'échec peut être décevant et même traumatisant. Toutefois, un résultat négatif de FIV peut fournir des informations utiles au spécialiste de la fertilité, notamment en ce qui concerne la réponse ovarienne de la femme à l'induction de l'ovulation, la qualité des ovocytes obtenus après l'induction de l'ovulation, le potentiel de fécondation des ovocytes, la capacité de fécondation des spermatozoïdes et la qualité des embryons qui en résultent. Avec ces informations en main, un spécialiste de la fertilité peut prendre une décision plus éclairée sur la meilleure façon de procéder. Les traitements de fertilité sont très spécifiques à chaque patient, et les informations obtenues à partir d'un cycle de FIV échoué peuvent être utilisées pour développer un plan de traitement plus personnalisé.


*Nous désignons les couples comme étant masculins et féminins au sens de la reproduction, sans discrimination. Nous accueillons les couples hétérosexuels et homosexuels dans notre unité de FIV.


† Bien que l'utilisation de l'âge comme indicateur de la fertilité ne soit pas idéale, elle peut servir d'indicateur approprié de l'incapacité à concevoir. Par exemple, une femme qui a eu un enfant à l'âge de 30 ans mais qui ne peut pas en avoir à l'âge de 50 ans ne serait pas diagnostiquée d'infertilité secondaire.

Email: ranya@northcyprusivf.com
Phone: +90 548 830 1987
Whatsapp: +90 548 830 1987

Infertilité - Diagnostic et Gestion

L'infertilité est définie comme l'incapacité de concevoir ou de mener une grossesse à terme. Environ 1 femme sur 10 dans la population occidentale a des difficultés à concevoir ou à porter une grossesse à terme. Selon une enquête récente, environ 11 % des femmes en âge de procréer aux États-Unis sont incapables de concevoir.

Bien que l'infertilité soit souvent considérée comme un problème féminin, l'infertilité masculine est également assez courante. L'infertilité masculine est le facteur contributif dans environ 40 % des couples infertiles. Par conséquent, les partenaires masculin et féminin doivent tous deux faire l'objet d'une évaluation approfondie avant qu'un diagnostic puisse être établi.